Cover Article Blog Liban

Voyager seulE au Liban

Je reviens d’un voyage d’une semaine au Liban, où j’ai pu découvrir différentes parties du pays en solitaire, avec les moyens du bord et avec beaucoup d’impro. Etre une femme qui baroude seule au Liban, ça pose question. Voici mon retour d’expérience…

Avant le départ

Ce qui est intéressant lorsqu’on voyage en solitaire, c’est la réaction de l’entourage. Quand je choisie une destination et que je prépare un voyage, je suis toujours sereine. C’est une fois que je dis où je vais et que j’écoute les réactions des uns et des autres que je commence à flipper. Florilège concernant le Liban :

  • C’est la GUERRE (Non. Et il y a des militaires partout pour sécuriser les zones sensibles)
  • Il y a des TERRORISTES (Sans doute. Comme en France)
  • Il y a des MUSULMANS EXTREMISTES (Sans doute. Comme en France)
  • C’est dangereux pour une FEMME SEULE (Sans doute. Comme…… ;))
  • Ce n’est plus L’EUROPE (naaan serieux ?)
  • Les transports locaux sont DANGEREUX (je ne me suis déplacée que comme ça…)

Ce qui est indiqué sur le site du Ministère des affaires étrangères, morceaux choisis :

  • Des « tirs en l’air » sont pratiqués de façon particulièrement fréquente depuis le début du mois de mai […]
  • Les incidents sécuritaires, graves et récurrents, montrent que la situation sécuritaire peut se détériorer rapidement.
  • Soumis à une vigilance renforcée dans la partie centre-ouest du pays, de Tyr jusqu’au sud de Tripoli
  • Il est formellement déconseillé de se rendre dans la pleine de la Bekaa, à Tripoli, dans les zones frontalières avec la Syrie, près des camps de réfugiés palestiniens.
  • Dans le Sud du pays, la présence de très nombreux engins explosifs (mines ou sous-munitions) constitue un grave danger. Des accidents sont régulièrement déplorés faisant des victimes civiles.
  • Des étrangers qui utilisaient des taxis collectifs ont notamment été victimes de vols à main armée dans certains quartiers de la capitale. Il est recommandé de façon générale d’éviter de recourir aux « taxis services » collectifs.

Bref, l’onglet « sécurité » fait une page et ne rassure pas plus que ça quand on veut préparer un voyage autour du pays sac sur le dos… Franchement, c’est en lisant ces lignes que j’ai commencé à me poser des questions. Dois je le faire ? Mais comme dans tout ce qu’on lit sur internet, même sur le site d’un Ministère, il faut faire le tri et ne pas tomber dans la parano ! La prévention est nécessaire, être vigilante en permanence aussi, il y a des règles de base de sécurité à respecter, ce que tout voyageur solo connaît. Ne vous découragez pas à cause des « on dit » de ceux qui ne sont jamais allés là bas !

Liban Qadisha

Ce que j’ai découvert au Liban, c’est qu’il fallait être solide moralement pour se lancer. C’est incontestablement l’aventure qui m’a le plus marquée sur l’échelle « de risques » pris. La Turquie a côté c’était le Club Med. Connaître ses limites et sa capacité à endurer une situation compliquée est un facteur non négligeable du voyage en solitaire que j’ai découvert. Je me suis trouvée une force et un self control qui fait que je ne regrette pas certains moments vécus comme difficiles pour une femme et m’ont permis de me découvrir cette facette.

Je n’ai jamais eu peur en voyage, la crainte et l’insécurité ne m’ont jamais arrêté. La question est de savoir si vous vous sentez prête à affronter ces situations, qui existent. J’ai voyagé à travers toute Europe, dans des pays plus ou moins sûrs, mais sans grand danger au premier abord. La Turquie l’année dernière me faisait passer un cap, et le Liban en était un nouveau.

Il faut partir aussi avec l’ouverture d’esprit qui convient. Si l’idée d’être entassée dans un minibus avec 15 hommes vous fait peur, d’être klaxonnée du matin au soir ou de marcher seule sur une route de montagne au milieu de nul part la nuit vous fait stresser et vous empêche de profiter du voyager, alors oubliez ! Si le choc des cultures ou les comportements des autres vous effraient, bref si tout ce qui est différent de notre monde occidental vous fait paniquer, oubliez aussi !

 

Pendant le voyage

J’ai passé une semaine à sillonner le Liban comme un local, avec les transports que j’avais sous la main. Comme à la base je devais louer une voiture et qu’au dernier moment ça ne s’est pas fait, j’ai totalement improvisé sur place. J’ai passé beaucoup de temps sur les routes mais j’ai adoré ! Les trajets en transports communs, le bazar organisé, la débrouille pour se déplacer, ça reste un souvenir extraordinaire. Je n’ai jamais eu de problème ni dans les minibus, ni dans les taxis services (pourtant déconseillés par le Ministère).

Ce qui marque le plus lorsque l’on est une femme (qui plus est non voilée) qui voyage seule, c’est le comportement des hommes. Je vous passe les regards insistants, les allusions en arabe, la drague lourde… Tout ça, on l’a déjà en France 😉 Les libanais vont plus loin, passant parfois aux actes, et c’est l’objet de quelques unes de mes mésaventures. Concrètement, la femme est vue comme un objet sexuel. Même décemment vêtue, une femme occidentale attire l’attention et les regards. Il vaut mieux, dans tous les cas, éviter d’aborder des tenues légères ou voyantes. Les libanaises le font, mais elles parlent arabe et maitrisent les codes de leur société. Les libanais sont persuadés que les occidentales couchent avec n’importe qui et pensent sincèrement que l’on va dire « oui » à leurs avances.

Il faut savoir que je n’ai jamais fait de stop en France. Le 1er stop de ma vie, c’était l’été dernier en Turquie, j’ai été prise par un jeune garçon qui tractait une charrette tirée par un vieux canasson ! Mes autres expériences, c’est au Liban… Sans le vouloir. Je marchais le long de la route pour rejoindre 2 villages, un homme s’arrête et se propose de m’emmener. Après une rapide analyse de la personne, de la voiture et de la situation, j’accepte. Il m’a gentiment déposé quelques km plus loin. J’ai eu de supers expériences comme celle ci pendant mon voyage, sans le vouloir, les hommes (toujours) se proposaient de me déposer quelque part, toujours gentils. Ca m’a beaucoup aidé. Une fois, certains se sont même passés le relai, me trimballant d’une voiture à une autre pour me permettre d’aller où je voulais. Sans arrière pensée, que de la générosité, et j’ai passé des moments très sympa. Mais tous ne sont pas comme ça…

Liban Chouf

Alors que je demandais mon chemin à un vendeur sur le bord de la route, il fait garer une voiture et indique que l’homme se rend dans la ville où je veux aller. Un nouveau covoiturage comme un autre, je monte. Au bout de quelques minutes, il commence à me dire « Toi, beautiful. Verrrrry beautiful ». Comme à chaque fois, j’esquisse un sourire poli. Il continu. Et glisse sa main sur ma cuisse. Je l’enlève aussitôt et lui dit « non ! » Il rigole. Me demande si je suis mariée, si j’ai des enfants. Puis crie « SEXE, SEXE, SEXE ». L’ambiance est flippante, il repose sa main sur ma cuisse. Je le menace d’ouvrir la portière (vu la vitesse où nous roulions, je ne prenais pas grand risque). Il enlève sa main du levier de vitesse et caresse la mienne. Je suis ferme et crie « STOP ». Il me dépose, il me demande « I Love you, kiss kiss,», ce que bien sur je ne fais pas, lui donne un billet et le laisse repartir.

S’en est suivi d’autres situations du même genre : un chauffeur de taxi qui veut me dire que mon tshirt est beau et met carrément ses mains sur ma poitrine, un type en scooter qui me caresse la cuisse en conduisant pendant que je suis derrière (difficile de m’échapper), des ados qui me suivent et me lancent des cailloux et des barres en métal rouillé parce que je n’avais pas 1 $ à leur donner. Bref, toute sortes de moments où il vaut mieux avoir le cœur accroché et les nerfs solides.

Après mon voyage, j’ai lu ceci sur un blog : « Une fille occidentale ne doit jamais, jamais accepter qu’un homme la prenne en stop. De la même manière, ne jamais monter sur le scooter d’un homme disant qu’il va dans la même direction que vous. Il ne faut pas monter à l’avant à coté du chauffeur dans un taxi ou un bus. » Bon j’ai fait TOUT ce qu’il ne fallait pas faire. Je n’en suis pas traumatisée pour autant, mais j’ai effectivement vécu des situations que j’aurai pu éviter. Ce n’est jamais agréable, ça marque. A voir entre celles qui veulent tenter l’aventure (qui comporte toujours des risques) ou non.

 

Bilan

Le Liban n’est pas un pays hostile pour une femme. Il est tout à fait possible de prendre le taxi seule ou d’aller n’importe où dans le pays (à peut près) par le bus (en tenant compte des exigences sécuritaires et vestimentaires). La société libanaise est très sexiste et traditionnelle, sachez le ! Il est impensable de voir une femme voyager seule, sans son mari/copain si elle en a un. Impensable qu’elle ne reste pas s’occuper de la maison pendant que le mari travail (c’est ce que j’ai entendu mot pour mot d’un jeune libanais dans le nord du pays). Impensable que toute la famille ne vive pas ensemble sous le même toit. Je me souviens des yeux ébahis d’un chauffeur de taxi qui me demandant « Tu vis SEULE ? Pas avec ta famille ?! Mais pourquoi ?! » C’est ça le choc des cultures, c’est pour ça que je voyage ! 😉

Je ne me suis pas sentie une seule fois menacée ou en danger. Je n’ai senti ni oppression, ni malaise. L’omniprésence de l’armée n’a pas la même image qu’en France et est vue très positivement, ça rassure la population (et on s’y habitue). Je suis toujours restée dans les zones « calmes » et ne me suis pas risquée à aller à Baalbek, alors que j’en avais vraiment envie. Un libanais de là bas m’a dit qu’il n’y avait aucun problème. Ce sera pour la prochaine fois…

3 réflexions sur “Voyager seulE au Liban

  1. CANAL dit :

    Chapeau même si je regrette que vous n’ayez pas donné votre itinéraire avec quelques photos mais je le mets dans mes favoris afin de lire les autres articles…..

  2. ZéHa dit :

    Bonjour,
    Je suis libanaise et je comprends ce que vous décrivez même si ça ne résume pas du tout la vie quotidienne des libanais. Je suis bien d’accord sur le fait que les libanais sont sexistes, bien que ce n’est pas partout et ce n’est pas une évidence.
    Je vous écris car il y a des choses totalement fausses :  » Il est impensable de voir une femme voyager seule, sans son mari/copain si elle en a un. Impensable qu’elle ne reste pas s’occuper de la maison pendant que le mari travail « . Franchement toutes les femmes voyagent seules, pour des études, le tourisme ou pour rendre visite à un proche.. , ça me parait très étrange que vous aviez eu cette idée. le 2ème point, les femmes au foyer sont une (petite) minorité dans une grande partie du pays. Je suppose que vous avez rencontré des femmes partout qui sont dans leurs postes de travail, du coup elles ne sont à la maison. D’ailleurs maintenant ça devient impensable que la femme ne travaille pas surtout qu’un seul salaire ne suffit plus et l’indépendance financière pour la femme libanaise devient primordiale.

    • laplanneusesupertramp dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire :) Bien sur, mon article n’a ABSOLUMENT pas la prétention de représenter tout le Liban et ses habitants. Il s’agit simplement d’un récit de voyage, qui retrace ce que j’ai vécu, entendu, à travers les différentes régions du pays. Je veux aussi vous assurer que j’ai particulièrement aimé le Liban, et que depuis cet article, j’ai reçu des commentaires et messages de femmes voyageuses intéressées et que j’ai encouragé à y aller !
      Rien de ce que je n’écris n’est inventé :) Oui, on m’a bien dit, plusieurs fois, que l’on trouvait surprenant que je voyage seule « sans mon mari ». Je suppose qu’il s’agit d’une minorité, tout comme le fait que plusieurs hommes m’aient dit qu’ils ne souhaitaient pas que leur femme travaille. Toutes ces remarques ne viennent pas de Beyrouth, mais d’endroits plus reculés du pays. Enfin, le Liban est le seul pays dans lequel j’ai voyagé où on a osé essayer de me toucher, que ce soit en mini bus, en taxi ou en scooter. Pour le coup, à Beyrouth comme en campagne. Mon article ne dit absolument pas que le pays est partout comme ça (heureusement d’ailleurs), simplement qu’il faut être vigilant.
      Constance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *