loire à vélo

La Loire à vélo : bilan et conseils

Je suis rentrée il y a quelques jours d’un périple de 9 jours à vélo sur les bords de Loire. J’ai suivi un parcours appelé « La Loire à Vélo » qui est un itinéraire balisé depuis Nevers (Cuffy plus précisément) jusqu’à St Nazaire (soit 800km). Je me suis arrêtée pour ma part à Angers, et l’ai effectué en « itinérance », donc d’une traite, en dormant sur mon parcours. Cette route fait plus largement partie d’un projet européen, qui relie l’Atlantique à la Mer Noire : l’Eurovélo 6. Elle fait 3600km et longe les 3 plus grands fleuves d’Europe, que sont la Loire, le Rhin et le Danube. Avis aux amateurs…

loire à vélo

La Loire à Vélo, sur le papier, c’est une promenade agréable, au milieu de la nature, où tout est fait pour vous simplifier la vie. Dans les faits, c’est un peu plus « galère ». La toute 1ère chose, ce sont les trains soit disant adaptés pour vélo : que nenni. Partie d’Angers pour rejoindre Nevers (et debuter ma cyclo-randonnée), je porte difficilement mon vélo (et le chargement qui va avec) pour le monter dans le train (3 grandes marches pour une porte moins large que le guidon…) et constate qu’il n’y a rien de prévu pour les cycles. Mon vélo passera tout le voyage entre 2 portes de toilettes, tout en m’obligeant à chaque arrêt, à le déplacer, pour laisser les gens accéder aux wagons… Suite à un retard de train (3h20) et donc dans mon programme, je fus obligée de reprendre le train sur une courte distance (30km). Même histoire ! Cet article « Train Vélo Loire » perd de sa crédibilité > http://www.loireavelo.fr/loire-velo-definition/concept-chiffres Et je ne parle pas des marches dans la gare pour aller jusqu’à la voie…

Quand vous faites un parcours comme celui là, vous faites corps avec votre vélo. Si si. Connaitre son poids, la répartition avec les bagages, par où le saisir pour le porter (c’est arrivé plus souvent que ce que je pensais)… Ce qu’il faut savoir ensuite, c’est que le parcours de la Loire à Vélo est loin d’être le plus rapide, et parfois, le moins logique. Aussi, pendant que la route des voitures prendra tout droit, attendez vous a faire des zig zag à foison. Quand la route (plate) passe dans un village pour le traverser, celle des vélos descend en bas du village, puis remonte avec une pente comme il faut, pour finalement rejoindre la route. Quand la route longe la Loire, celle des vélos va en foret, ou dans les champs. Bref, si le parcours balisé est bien ficelé d’un bout à l’autre, il y a nombre conséquent de cas particuliers où je vous conseille de faire appel à votre intuition plus qu’au balisage, et choisir en fonction, la route la plus adéquat.

orleans

Dans le même esprit, accrochez vous pour ne pas perdre le fil : le panneau « Loire à Vélo » avec les directions n’est pas toujours visible. Mini pancarte, planqué dans un buisson, caché au détour d’un chemin… Soyez vigilants pour ne pas le louper ! Sinon vous vous retrouvez comme moi, a emprunter un chemin de rando pedestre, avec des orties qui vous grattent les pieds et des herbes hautes jusqu’au genou. Là, vous saurez que vous vous êtes trompé de route. Il arrive tout de même de se retrouver au milieu d’une foret, ou des champs à perte de vue, sans vie humaine à l’horizon, et d’être sur le bon parcours. C’est aussi la Loire à Vélo, le retour au calme et à la nature ! Un véritable bol d’air. A propos d’air, attendez vous à ce que ça souffle sur l’étape Saumur-Angers. Un vent parfois très violent, qui de face, rend la conduite très difficile (et dangereuse).

Toutes les infos sur la Loire à Vélo (et tout ce qu’il y a à découvrir sur le parcours) : http://www.loireavelo.fr/voir-faire-loire-velo et sur l’Eurovélo 6 (pour les plus motivés) : http://www.eurovelo6.org/ Retrouvez l’album photo > https://www.facebook.com/media/set/?set=a.505425942912918.1073741830.341035359351978&type=1

Le Budget :

Alimentation (9 jrs) = 114,5€ – Logements (8 nuits) = 207€ – Visites = 71,5€

TOTAL : 393€

KM PARCOURUS : 505km

La Loire à Vélo

Loire à Velo : jour 9 et fin

Levée tôt ce matin pour ce dernier jour, mais pas des moindres puisqu’il me faut rejoindre Angers. Après un rapide petit dejeuner, je vais avec Fabrice, à Saumur. Nous commençons par voir l’expo des 40 ans de Playmobil, qui nous fait remonter tous nos souvenirs de gosses. Puis, balade à pieds dans le centre historique, parmi les rues pavées, jusqu’à Notre Dame des Ardilliers. Cette Chapelle au dôme impressionnant était l’un des plus importants lieux de Pèlerinage en France.

Je prends ensuite la route, sur mon vélo, après le Pont du cadre noir. Je longe la Loire, et passe par les Rosiers, St Rémi, St Mathurin… Il y a un beau soleil, mais le problème, c’est le vent. Je l’ai de face et il souffle violemment. Je peine pour avancer, je fais du sur place. Partageant ma route avec les voitures qui roulent à pleine vitesse, je suis obligée de m’arrêter à plusieurs reprises sur le bord, manquant de tomber à cause du poids et du vent trop fort. Après des chemins de campagne, j’arrive au sud de Trelazé, après avoir difficilement trouvé un moyen de passer l’Authion.

Je longe les Ardoisières, puis rejoins, enfin la rue St Léonard (et passé le panneau Angers). Je remonte jusqu’au centre ville, peinant à chaque coup de pédale, entre vent et soleil, mêlé à la fatigue. J’arrive finalement Place du Ralliement, où je découvre un petit comité d’accueil de famille et amis, avec une banderole en prime. Émue, et exténuée, je verse quelques larmes d’épuisement. Ici se termine mon parcours de la « Loire à vélo », qui a commencé 9 jours plus tôt, à Nevers.

20140506-210706.jpg

Loire à velo : Jour 4

Ce matin, je prends le petit déjeuner en compagnie de Claude, l’occasion de parler voyage, d’échanger. Je quitte son domicile a 10h30, passe voir la statue de Jeanne D’Arc, avant de rejoindre les bords de Loire et le parcours balisé. Vers midi, j’arrive a Meung s/ Loire, oú je m’arrête un peu pour voir le château, et la collégiale St Liphard et les ruelles pavées avec les maisons a colombage. Je répars, et comme la veille, manque un croisement… Je fais une nouvelle fois un peu de route dans des sentiers hasardeux, avant de retrouver la route.

J’arrive ensuite a Beaugency, oú je fais une pause, pour voir l’abbatiale Notre Dame entre autre. Puis a partir de la, c’est la ligne droite, plus de villages, plus rien jusqu’a Blois. La meteo est aléatoire, je prends un peu la pluie, mais surtout beaucoup de vent de face. Parfois l’impression de pédaler dans le vide… La fatigue se fait sentir, je compte chaque km parcouru… Je passe par de la forêt, ou au milieu des champs, sans croiser une seule âme. Finalement, a force de persévérance, j’arrive fièrement a Blois a 15h40, après 64km de route et 4h15 de pédalage.

Ni une ni deux, je gare mon velo et pars en balade dans la ville : la Cathédrale St Louis, le château Royal, les rues piétonnes du centre historique, l’église St Nicolas… Si Blois est très agréable, c’est sans compter un détail : c’est une ville haute. Bonjour les escaliers sans fin… Ça m’a achevé. Je me rends ensuite chez Laetitia, en bordure de la ville, qui me loge ce soir. Nous discutons beaucoup, et je partage le dîner avec sa famille.

20140505-220051.jpg

Loire à Velo : jour 3

Aujourd’hui, grande étape : rejoindre Orleans avant la fin de la journée. Ca me faisait un peu peur je dois dire. C’est sous un magnifique soleil, en short-tshirt, que j’ai quitté Sully vers 10h30 ce matin. J’arrive a peine une demi heure plus tard au village de St. Benoit, pour y voir l’abbaye de Fleury. Un bel édifice, qui abrite entre autre, le Roi de France Philippe Ier. Je reprends la route, jusqu’à Chateauneuf sur Loire, oú je fais une halte plus prolongée. Je mange paisiblement un sandwich dans le parc départemental du château, puis pars en balade a pieds dans la forêt alentour. Un calme et une tranquillité sans nom.

Je reprends la route vers 13h30, sous le soleil tapant. J’arrive a St Denis de l’hôtel puis Jargeau, oú je fais une pause « energy drink ». Je rejoins le parcours de la Loire a velo, ou du moins c’est ce que je pensais. Suite a une erreurs d’aiguillage de ma part, je me retrouve sur un sentier de randonnée, en pleine forêt, et vraiment au bord de la Loire. Heureusement que je suis en VTT, car ça secoue pas mal. Quand les orties commencent a me gratter des chevilles, je me pose sérieusement des questions sur ma route, qui n’est plus que jamais, pas faite pour un circuit de velo. Bref, je réussie a retrouver le chemin balisée « Loire a velo », et reprends mon rythme de pédalage sur cette magnifique route qui traverse les champs.

Je traverse une « forêt aménagée » d’oú je vois pointer au loin (mais pas tant que ça), la Cathédrale. Mon chemin m’amène jusqu’aux quais de bords de Loire d’Orleans, oú j’arrive fière de moi a 15h50. Depuis Sully, j’aurai pédalé 3h30 environ pour parcourir les 52km. Je me dirige chez Claude, dans une ruelle du centre, qui m’héberge pour la nuit (merci AirBnB). Après une rapide installation, je repars a pieds, me balader dans la ville. Je découvre la magnifique Cathédrale Ste Croix, qui rayonne sous le soleil. Attardez vous a ses vitraux, ils racontent l’histoire de Jeanne la Pucelle, sous titré en vieux français. Le 8 Mai, ce sera la fête populaire la plus célèbre de la ville, un événement annuel immanquable qui fait parti de la tradition locale : les fêtes de Jeanne D’Arc. On y célèbre en grande pompe la libération d’Orleans, pendant plusieurs jours. Des scènes, des sonos, des drapeaux et des armoiries sont installés partout, je regrette de manquer ça a 1 jour près. Je visite le très bel hôtel Groslot, puis marche dans les rues du centre historique. Je dine posée en terrasse non loin de la place du Châtelet. Demain, une nouvelle étape importante m’attend !

20140504-205155.jpg

Loire à Velo : Jour 2

Ce matin, je découvre avec joie que la météo est plus agréable que la veille : un plein soleil. Rien de mieux pour parcourir les routes de campagne, lunettes de soleil sur le nez, et en tshirt. Vers midi je suis a Briare, une petite commune qui doit beaucoup a ses canaux. La balade le long de l’eau calme, sous les arbres, est agréable. Le petit port de plaisance et les terrasses au soleil raviront certains. Le village attire surtout pour son pont, très bel édifice de la fin du 19ème, qui passe au dessus de la Loire.

Je parcours quelques km sur la départementale, parfois sonnée par la vitesse des voitures. Il faut a un moment tourner la tête a gauche pour apercevoir légèrement en hauteur, le château de Brisson sur Loire. J’arrive ensuite a Gien, avec son château qui domine le village et le fleuve, de l’autre côté du pont. Je rejoins le parcours de la Loire a velo et entame des routes de campagnes oú je me retrouve seule au monde. Le calme et la nature sont la seule chose qui m’entoure. Le soleil qui tape me fait parfois voir des mirages.

Je n’ai pas pris le temps de déjeuner, et ma bouteille d’eau est presque vide. Je m’arrête quelques fois sur le côté du sentier, manger un carré de chocolat, avant de repartir. Parfois en pleine forêt, parfois au milieu des champs, la route joue a cache cache avec la Loire, que je longe de temps a autre. Enfin de journée, j’arrive finalement a Sully sur Loire, oú je rejoins mon hôtel. Pas de temps de repis, je repars (a pieds cette fois) en direction du fameux château. Je me balade près d’1h30 autour de son parc, du canal, et des ruelles du village. Le soir, une fois de plus, je dine « spécialités locales » : andouillette de Jargeau a la moutarde d’Orleans, accompagné d’un verre de Reuilly. Le tout face au château et ses douves.