Road trip estival : le tour de la Sicile

Mon périple à travers la Sicile a débuté lorsque j’ai quitté sa ville principale, Palerme, au volant d’une Fiat de location. Quel plaisir de prendre la route sous le soleil libre comme l’air, musique a fond dans le véhicule (et la clim aussi…), et admirer les paysages a sa guise. En 4 jours, intenses, j’ai parcouru 750km et traversé 7 des 9 provinces siciliennes. La voiture est incontestablement le meilleur moyen de faire le tour de l’île, permettant d’aller rapidement d’un point a l’autre, et surtout, s’aventurer comme bon vous semble dans des coins moins fréquentés. Munissez vous d’un GPS ! Si vous ne voulez pas tourner en rond, faire des détours, ou louper un sortie non indiquée… Les grandes villes sont balisées, les axes rapides aussi, mais après c’est plutôt le flou. Enfin, oubliez toute notion du code de la route. Chacun, maître de son véhicule, décide de sa conduite. Aussi que vous conduisiez a 160k/h ou que vous dépassiez par la droite : personne ne vous klaxonnera. Il faut avoir l’œil et la vigilance PARTOUT. Un troupeau de moutons sorti de nul part, un scooter qui slalome, une Ferrari qui déboule… L’avantage c’est que chacun conduit comme il veut, et on y prend vite goût…

Samedi matin, j’ai quitté Palerme pour Carini. Village de montagne, il n’est pas spécialement touristique, mais j’y faisais un arrêt car s’y trouve mes origines familiales. Puis j’ai pris la route pour le site antique de Segeste, connu pour son temple et son amphithéâtre. Une fois garée, j’ai naïvement commencé a grimper pour monter aux vestiges. Pendant près de 3/4 d’heure sous un soleil cuisant sur une route oú je ne croisais personne. Avant de me rendre compte, en haut, complètement lessivée, qu’une navette montait les touristes… Sachez le ! J’ai ensuite repris la route pour un autre site archéologique : Selinunte. Extrêmement mal indiqué, suivez « Marinella di Selinunte » et non « Triscina ». Ici, les les vieilles pierres donnent sur la mer, un point de vue a voir. J’ai ensuite repris la route SS115, passant par Sciacca (inutile de s’y arrêter, rien a voir), et jusqu’à Agrigente.

Ici, l’arrêt se fait a la vallée des temples : des colonnes et encore des colonnes. Très bien conservées, et avec une vue magnifique sur la mer. Prenez le temps de monter dans le centre historique d’Agrigente, voir sa cathderaĺe, son église grecque, et la via Atenea. L’arrêt suivant est a la ville de Ragusa. Attention, la ville moderne est d’un côté de la montagne, mais il faut aller de l’autre côté (Ragusa Ibla) pour constater le caractère unique de cette ville, détruite par un tremblement de terre au 17eme siècle : presque comme sculptée dans la roche, le style baroque et médiéval ressort de loin, avec son dôme et son palais. L’arrêt suivant se fait a la fameuse ville de Syracuse, beaucoup plus touristique. Un des attraits de la ville, c’est le parc archéologique (oui, encore), avec notamment l’immense théâtre grecque et la fameuse « oreille de Dionysos ». Puis c’est sur l’île Ortygia qu’il faut se rendre pour s’imprégner de l’ambiance de la ville, avec ses ruelles animées.

Ensuite, direction Catane, 2ème ville de Sicile. Contrairement a ce qui est dit, c’est une ville oú il y a des choses a voir ! Tout le long de l’avenue commerçante Atnea, avec ses grandes places, ses palais, ses églises… Prenez 2-3h pour en faire le tour. C’est aussi la porte de l’Etna, « attraction » immanquable : Prendre la direction de Nicolosi, sur le flanc sud, puis la route qui mène au refuge Sapienza. La, vous laissez votre voiture et une multitude de professionnels proposent des excursions. Pour ma part, j’ai choisi de passer par la compagnie qui gère le téléphérique, qui m’a emmené d’abord a 1900m, puis a 2900m, grâce a des bus tout terrains. La, un guide montagne nous fait continuer a pieds, notamment autour d’un cratère. A 3000m, la vue est extraordinaire, avec les grondements du volcan en fond…

Puis direction des terres plus « chaudes », en redescendant vers Taormina, station balnéaire ultra touristique. Le centre historique est situé en montagne, et vaut la peine de s’y balader et de profiter de la vue depuis les jardins publiques. Considéré comme le St Trop local, les milliers de touristes se marchent dessus, les boutiques affluent et les restaurants sont chers. Bref, pour un peu plus de calme et de mer, il faut redescendre et longer la route, elle même longeant des plages sur des km. La pause soleil-baignade terminée, dernier arrêt a Messine, oú je rends la voiture et principal port permettant de passer en italie via des lignes de ferry.

Autant dire qu’en 4 jours, je ne me suis pas ennuyée. J’y ai découvert des paysages superbes et des villes aux styles différents. Mais je reste marquée par « l’etat » dans lequel se trouve Palerme, qui je reflète pas du tout le reste de la Sicile ! Tout ce que j’ai vu pendant ce road trip est venu heurter et contredire mon inconscient pensant que la Sicile était une terre arride, dévastée, et dans un état critique. En revanche certains clichés persistent, et ça fait sourire : les vieux assis sur les bancs qui refont le monde entre eux, les bronzés-qui-prennent-soin-d’eux qui gueulent au téléphone en appelant la « mamma », les femmes qui passent a la caisse avec des dizaines de paquets de pâtes, le linge étendu entre les immeubles, les Vespa (anciennes) a tous les coins de rues… Sans oublier les spécialités, comme les arancini, le panino, la pizza, le piment, la pistache, l’huile d’olive, le poisson… La Sicile c’est tout ça, et encore beaucoup de autres choses ! Je sais que ce n’était pas la dernière fois que j’y mettais les pieds.

Budget :
– Transports > 420€ (loc. voiture + essence)
– Logement (3 nuits) > 40€
– Alimentation (7 repas) > 42,5€
– Tourisme > 83€ (dont 60€ excursion Etna)
TOTAL = 585,5€

Road trip estival : Palerme

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis d’origine Sicilienne du côté de mon paternel. Je vous vois d’ici avec vos : « Ah c’est pour caaaa, le caractère… » Bref, je n’avais pas encore eu l’occasion de venir dans mon pays d’origine (oui, la Sicile ce n’est pas l’Italie, c’est une région a part entière, non mais oh). J’ai donc atterri a Palerme pour un peu moins de 3 jours. Largement suffisant pour tout voir / faire ! Ville si la ville est relativement grande (presque 700 000 habitants), la majeur partie de ce qu’il faut voir est faisable à pieds (enfin si vous faites 5-6h de marche sous 35degres sans problème).

Ce qui m’a frappé dans cette ville, c’est son état… Pour parler poliment, c’est un de ces BORDEL. Des trottoirs défoncés (quand il y en a…), des immeubles qui tombent en ruines (on voit les rafistolages de fortune sous les balcons !), la rue qui se transforme en déchèterie publique… Sans parler des voitures. Piéton, sache une chose : Le code de la route ? HA-HA. Marquage au sol ? RE HA-HA. Passages piétons ? Feux rouges ? ÇA N’EXISTE PAS. Pour traverser, tu fais ta dernière prière, et t’y vas. Si vous voulez prendre le bus (pour aller a Monreale voir son fameux duomo par exemple), soyez patient. Déjà pour trouver OÚ acheter un ticket. Ensuite pour trouver OÚ se trouve l’arrêt. Enfin, pour savoir QUAND le bus va passer.

Quand on s’habitue à ce capharnaüm ambiant, qui fait parti de l’identité de la ville, il est fort aise de découvrir toutes ses richesses. Si vous aimez les églises et les palais ! Palerme en regorge, du style baroque au style arabe, passant par le normand. Si vous êtes amateur de musique, le Teatro Massimo et Politeama ont une saison très dense et l’été, il y a des concerts presque tous les jours. Faites absolument un tour sur l’un des marchés, l’essence effervescente de la ville. S’y côtoie les poulpes, a côté des fruits géants, des viandes improbables, des épices… Dans des rues pas plus larges qu’une Fiat 500 oú il vous faudra de plus, laisser place aux scooters qui slaloment entre les étalages. De toute façon le scooter, il est partout : le Vespa n’est pas un cliché, c’est un inconditionnel !

A voir :
– La Cathédrale
– Les Églises del Gesú, Teatini, della Martorana, Gancia, San Domenico…
– Teatro Massimo et Teatro Politeama
– Les marchés (Al Capo et Ballaro
– Les Catacombes dei Cappuccini

Conseils :
– Pour venir de l’aéroport, prenez le bus Prestia e Commande sur le parking a droite en sortant. Moyen le moins cher et rapide pour rejoindre le centre !
– Concert de l’Orchestre Symphonique de Sicile : 2€. Imbattable.
– Pour le dôme de Monreale : couvrez vous ! Sous peine de devoir acheter une combinaison…
– Si vous restez plusieurs jours, faites vos courses au marché. Moins cher que les supérettes, qui en plus ne proposent pas grand chose.

Le budget :
– Transport > 180€ (vol aller) + 6,5 + 3,5
– Logement (3 nuits) > 62€ (AirBnb)
– Alimentation (5 repas) > 27,5€
– Tourisme > 17€

TOTAL = 296,5€