Loire à velo : Jour 4

Ce matin, je prends le petit déjeuner en compagnie de Claude, l’occasion de parler voyage, d’échanger. Je quitte son domicile a 10h30, passe voir la statue de Jeanne D’Arc, avant de rejoindre les bords de Loire et le parcours balisé. Vers midi, j’arrive a Meung s/ Loire, oú je m’arrête un peu pour voir le château, et la collégiale St Liphard et les ruelles pavées avec les maisons a colombage. Je répars, et comme la veille, manque un croisement… Je fais une nouvelle fois un peu de route dans des sentiers hasardeux, avant de retrouver la route.

J’arrive ensuite a Beaugency, oú je fais une pause, pour voir l’abbatiale Notre Dame entre autre. Puis a partir de la, c’est la ligne droite, plus de villages, plus rien jusqu’a Blois. La meteo est aléatoire, je prends un peu la pluie, mais surtout beaucoup de vent de face. Parfois l’impression de pédaler dans le vide… La fatigue se fait sentir, je compte chaque km parcouru… Je passe par de la forêt, ou au milieu des champs, sans croiser une seule âme. Finalement, a force de persévérance, j’arrive fièrement a Blois a 15h40, après 64km de route et 4h15 de pédalage.

Ni une ni deux, je gare mon velo et pars en balade dans la ville : la Cathédrale St Louis, le château Royal, les rues piétonnes du centre historique, l’église St Nicolas… Si Blois est très agréable, c’est sans compter un détail : c’est une ville haute. Bonjour les escaliers sans fin… Ça m’a achevé. Je me rends ensuite chez Laetitia, en bordure de la ville, qui me loge ce soir. Nous discutons beaucoup, et je partage le dîner avec sa famille.

Road trip « La Loire à vélo » : le materiel

Partir plusieurs jours en « cyclo-randonnée » nécessite en plus d’une certaine organisation, un matériel adéquat. Bien sur, la base etant le choix du vélo, ainsi que les accessoires qui vont venir s’y greffer. Pour ma part, je pars avec mon VTT de jeunesse, qui a fait du chemin mais qui a une bonne tenue de route. Une révision est nécessaire tout de même, notamment pour vérifier les freins et les plateaux.

Ensuite, il faut équiper le vélo, et penser que tout ce que l’on aura a transporter devra être « rangé » dessus. Au niveau sécurité, vérifier l’équipement lumiere, avant et arrière. Pour ma part j’ai acheté un nouveau « spot », à fixation souple et éclairant à 20m, pour le guidon (http://www.decathlon.fr/eclairage-velo-300-id_8214892.html). Si vous n’en avez pas, équipez votre vélo d’un support à gourde et d’une béquille. Et bien sur, on oublie pas le « package d’urgence », avec rustines, pompe et autre outils du genre.

Il faut maintenant rajouter des rangements. J’ai choisi d’acheter un panier en métal de 12L a clipper à l’avant (http://www.decathlon.fr/panier-avant-metal-clip-id_8031536.html). J’y mettrai un sac à dos avec mon matériel photo / video, mes papiers, mes cartes et tout ce qui nécessite d’être accessible pendant la route. Pour les vêtements et trousse de toilette, j’ai installé un porte bagage à l’arrière (http://www.decathlon.fr/porte-bagages-velo-btwin-classic-id_8242271.html), en privilégiant la légèreté (1,33kg). C’est dessus que j’installe 2 sacoches de 15L, (http://www.decathlon.fr/sacoche-15l-classic-x2-id_8248118.html), idéales pour la randonnée.

Au niveau « technique », je pars avec une GoPro Hero 2 et ses accessoires de fixations (dont une perche X-Sories Ushot télescopique pour filmer à bout de bras), plus mon Nikon D5200 et ses 2 objectifs (18-55mm et 70-200mm). Comme lors de mon voyage en Europe, je serai avec mon iPad mon synchroniser tout ça. Enfin, pour être accompagnée au mieux sur la route et avoir des statistiques diverses, j’aurai mon iphone « vissée » sur le bras (http://www.decathlon.fr/support-smartphone-300-noir-id_8309134.html) avec l’application « Runtastic road bike », dont je vous dirai des nouvelles.

Budget total matériel : 83€