Islande

Faire un road trip en Islande

L’islande, un pays qui m’attire et me fait rêver depuis quelques temps et pour une fois, c’est accompagnée de Monsieur que je suis partie sur les routes. Nous avons roulé 2258km et parcoururs des paysages incroyables, des Fjords aux icebergs, des plages de sable noir aux volcans, des montagnes enneigées aux cascades puissantes, des sources chaudes aux aurores boréales…

Islande

QUAND PARTIR ?

Je ne me voyais découvrir l’Islande que sous la neige. Une destination aussi « fraiche » mérite d’être appréciée sous son blanc manteau selon moi, et donc entre octobre et mars. De plus, j’avais l’objectif de voir des aurores boréales, visibles qu’en hiver, voir jusqu’à Avril.

Au coeur de l’hiver, il est clair que la circulation est limitée à la route 1. Il n’est pas possible d’aller au coeur de l’ile, un certain nombre d’endroits ne sont pas accessibles, il ne faut pas craindre le froid et aimer la neige à foison. L’argument « il y a moins de touristes » tient de moins en moins étant donné que le pays est submergé tout le temps (même si l’affluence est encore plus nombreuse l’été). En revanche, les tarifs de nuitées et de location de voiture sont moins élevés. Ce qui étant donné le cout de la vie en Islande, est non négligeable.

Le mois de Mars me parait un bon compromis (tiens c’est justement ce qu’on a fait !) : nous avons eu des montagnes enneigées, mais aussi des endroit sans rien. Des températures normales (de -5° à 3°), des tarifs relativement raisonnables (du point de vue de l’Islande), des activités d’hiver (balade sur glacier) et de printemps (observation des baleines). Mais déjà beaucoup de touristes, partout… Alors je n’ose imaginer en Juillet. De plus, certaines routes sont indiquées comme fermées sur road.is (du fait de la météo) alors que sur place, nous avons pu rouler sans problème.

L’AVION

Basiquement, il est possible de vous envoler pour l’Islande depuis Paris à partir de 50€ le vol direct. Pour ça, on remercie la compagnie low cost WOW Air, qui a largement contribué à rendre cette destination accessible. Il faut se préparer à partir tôt le matin (ou tard le soir). En passant la nuit à l’aéroport Keflavik (celui pour les vols internationaux) pour notre vol de 6h, on a économisé une nuit sur place 😀

Dans les faits, qui dit low cost, dit service minimum. Et même si, après recherches sur mon comparateur habituel, nous avons trouvé des billets à 240€ A/R par personne, je n’imaginais pas qu’il faille payer en plus pour un bagage… en cabine ! Heureusement, Monsieur et moi même avons l’habitude de voyager léger, il a donc fallu payer 17€ par personne et par vol pour avoir une valise avec nous en cabine. Prévoyez 30€ pour un bagage en soute…

Il est aussi possible d’effectuer le vol avec SAS Airlines, compagnie scandinave, qui elle inclue les bagages (cabine ou soute) dans son prix. Cependant, pour avoir un prix correct, ne vous attendez pas à un vol direct. Icelandair est elle, la compagnie nationale du pays, mais propose des tarifs beaucoup plus élevés pour des vols directs.

islande

LA VOITURE

Qui dit road trip, dit voiture. L’islande est parfaitement adapté à ce type de voyage, et la majorité des touristes découvrent l’île de cette manière. Etant donné l’originalité du pays, nous avons opté pour un 4×4, même en Mars. Je ne dirai pas que nous en avons eu un besoin quotidien car nous roulions principalement sur la route 1, mais cela nous a rassuré sur certaines portions moins évidentes ou sur les routes graveleuses aux nombreux trous. C’était plus « au cas où » qu’une réelle nécessité. Nous avons utilisé l’option 4×4 plusieurs fois tout de même. Mais à ma grande déception, nous n’avons jamais eu à traverser de gués !

On va se le dire de suite : c’est le point de dépense le plus important du voyage. C’est un moyen très plébiscité, et je ne peux que vous conseiller de passer par une agence locale plutôt qu’une compagnie internationale. Après moult recherches, c’est via le moteur https://guidetoiceland.is/fr/location-voiture-islande que j’ai trouvé le loueur le moins cher. Le prestataire proposé (et que nous avons booké en ligne) est rent a wreck, une agence locale au nom révélateur. De tous les sites que j’ai cherché, tous les blogs comparés et les touristes croisés à qui je demandais le prix de la location, c’était le moins cher.

Concrètement, nous avons payé 600€ pour un 4×4 Suzuki Jimmy pour 11 jours et sur place, nous avons rajouté une assurance de 130€. Notre location nous a donc couté au total 730€, pour 2, en mars. Ce prix peut tout simplement doubler en juillet-aout, pour un 4×4. A cela, il faut rajouter le prix de l’essence. Les prix varient facilement d’une ville à l’autre mais il faut compter environ 1,7€ / L. Après 11 jours sur la route, nous en avons eu pour 280€ d’essence (161L).

islande

L’HEBERGEMENT

C’est un autre poste de dépense qui va faire mal à votre budget. D’autant que vous constaterez qu’il n’y a pas 15 000 solutions pour dormir étant donné la faible population au m2. A part Reykjavik ou Akuyeri, nous n’avons pas trouvé d’auberge de jeunesse sur notre route. J’avais tenté les messages sur couchsurfing, sans succès. Quant aux AirBnB, ils sont inabordables…

Avec l’explosion du tourisme, les islandais proposent des Guest House, un type de logement que nous avons privilégié tout au long du séjour. Cela peut s’apparenter à des chambre d’hôtes, enfin sur le papier. Guest House, pour tout voyageur, cela sonne comme chambre chez l’habitant, et donc quelque chose de simple, de familial et un moyen de rencontrer des locaux. Malheureusement, le terme est largement usurpé pour laisser place à des blocs impersonnels aux dizaines de chambres, sans parties communes. Et ils appellent ça Guest House…

Nous n’avons rencontré en 10 nuits, que 2 islandais qui nous ont accueillis à leur domicile, et c’était de loin les meilleurs endroits. Le reste s’apparentait à des hôtels, mais sans le nom. Par contre avec le prix… Mes recherches m’indiquaient une moyenne de 80-90€ / nuit pour une chambre double en Guest House (30-40% plus cher l’été). Nous avons réussi à nous en sortir pour 37,5€ / nuit / personne soit 75€ en moyenne / nuit pour une chambre double. Dont parfois, avec petit déjeuner inclus ! Nous avions tout réservé à l’avance, ce qui me conforte dans ma manière de voyager une fois de plus : plus on est organisé, plus on fait des économies.

L’ARGENT

La Couronne Islandaise (ISK) est la monnaie locale, sachant qu’1€ = 115 ISK (à peu près) et donc 100 ISK = 0,85ct. Pour prévoir large, mentalement, je pensais 100ISK =1€, ce qui est plus simple et surtout, intègre une petite marge. Inutile de retirer de l’argent au distributeur ou dans un bureau de change : la plupart des commerçants et hebergements prennent la carte bancaire, et même dans les endroits les plus reculés. Jetez un oeil avant à votre banque concernant les frais éventuels en cas d’utilisation quotidienne en Islande.

islande

L’ALIMENTATION

Je ne sais pas ce qui vous motive à découvrir l’Islande, mais personnellement, ce n’était pas pour sa gastronomie. Je suis toujours curieuse de la nourriture locale, c’est un moyen de s’imprégner d’un pays et de réduire son budget. Cependant, l’Islande étant un pays cher, nous avons fait le choix dès le début de rogner ce poste de dépense au maximum. Résultat : des sandwichs tous les midis pendant 10 jours, préparés nous mêmes, la veille. Oui, ça ne fait pas rêver, mais franchement, je n’ai aucun regret. Car sur la route, il n’y a pas beaucoup d’autres choix quand on ne croise parfois pas un village, que dis je, un hameau, de la journée !

Nous avons croisé des français, des italiens et des espagnols, qui sont venus avec une valise entière de nourriture achetée avant pour ne pas acheter sur place… Tout est bon pour faire des économies ! Je ne remercierai jamais assez ce couple de français d’avoir partagé avec nous leur bouteille de Bordeaux 😉 Nous avons fait nos courses dans les supermarchés islandais, au moins on a acheté local. Nous avons diné 2 fois à l’extérieur : un soir à la ferme où nous logions, qui proposait sa propre viande d’agneau. En terme de circuit court et local, difficile de faire mieux. Le dernier soir, nous nous sommes offert le luxe d’aller au restaurant manger du poisson et des fruits de mer, un incontournable quand même.

Attention, en Islande, il n’y a pas de rayon alcool dans les supermarchés (sauf < 2,25%). Pour info, la bière n’est LEGALE dans le pays que depuis… 1989 !  Il faut se rendre souvent en face, au magasin Vinbudin. Cette chaine fait partie de l’ÁTVR (The State Alcohol and Tobacco Company of Iceland). Il s’agit d’une société dont la gestion est assurée par l’État islandais, avec un monopole sur les ventes d’alcools. Cette chaîne est présente sous la forme d’un magasin en ligne et de 48 boutiques disséminées sur le territoire.

2 réflexions sur “Faire un road trip en Islande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *