20140506-210706.jpg

Loire à velo : Jour 4

Ce matin, je prends le petit déjeuner en compagnie de Claude, l’occasion de parler voyage, d’échanger. Je quitte son domicile a 10h30, passe voir la statue de Jeanne D’Arc, avant de rejoindre les bords de Loire et le parcours balisé. Vers midi, j’arrive a Meung s/ Loire, oú je m’arrête un peu pour voir le château, et la collégiale St Liphard et les ruelles pavées avec les maisons a colombage. Je répars, et comme la veille, manque un croisement… Je fais une nouvelle fois un peu de route dans des sentiers hasardeux, avant de retrouver la route.

J’arrive ensuite a Beaugency, oú je fais une pause, pour voir l’abbatiale Notre Dame entre autre. Puis a partir de la, c’est la ligne droite, plus de villages, plus rien jusqu’a Blois. La meteo est aléatoire, je prends un peu la pluie, mais surtout beaucoup de vent de face. Parfois l’impression de pédaler dans le vide… La fatigue se fait sentir, je compte chaque km parcouru… Je passe par de la forêt, ou au milieu des champs, sans croiser une seule âme. Finalement, a force de persévérance, j’arrive fièrement a Blois a 15h40, après 64km de route et 4h15 de pédalage.

Ni une ni deux, je gare mon velo et pars en balade dans la ville : la Cathédrale St Louis, le château Royal, les rues piétonnes du centre historique, l’église St Nicolas… Si Blois est très agréable, c’est sans compter un détail : c’est une ville haute. Bonjour les escaliers sans fin… Ça m’a achevé. Je me rends ensuite chez Laetitia, en bordure de la ville, qui me loge ce soir. Nous discutons beaucoup, et je partage le dîner avec sa famille.

20140505-220051.jpg

Loire à Velo : jour 3

Aujourd’hui, grande étape : rejoindre Orleans avant la fin de la journée. Ca me faisait un peu peur je dois dire. C’est sous un magnifique soleil, en short-tshirt, que j’ai quitté Sully vers 10h30 ce matin. J’arrive a peine une demi heure plus tard au village de St. Benoit, pour y voir l’abbaye de Fleury. Un bel édifice, qui abrite entre autre, le Roi de France Philippe Ier. Je reprends la route, jusqu’à Chateauneuf sur Loire, oú je fais une halte plus prolongée. Je mange paisiblement un sandwich dans le parc départemental du château, puis pars en balade a pieds dans la forêt alentour. Un calme et une tranquillité sans nom.

Je reprends la route vers 13h30, sous le soleil tapant. J’arrive a St Denis de l’hôtel puis Jargeau, oú je fais une pause « energy drink ». Je rejoins le parcours de la Loire a velo, ou du moins c’est ce que je pensais. Suite a une erreurs d’aiguillage de ma part, je me retrouve sur un sentier de randonnée, en pleine forêt, et vraiment au bord de la Loire. Heureusement que je suis en VTT, car ça secoue pas mal. Quand les orties commencent a me gratter des chevilles, je me pose sérieusement des questions sur ma route, qui n’est plus que jamais, pas faite pour un circuit de velo. Bref, je réussie a retrouver le chemin balisée « Loire a velo », et reprends mon rythme de pédalage sur cette magnifique route qui traverse les champs.

Je traverse une « forêt aménagée » d’oú je vois pointer au loin (mais pas tant que ça), la Cathédrale. Mon chemin m’amène jusqu’aux quais de bords de Loire d’Orleans, oú j’arrive fière de moi a 15h50. Depuis Sully, j’aurai pédalé 3h30 environ pour parcourir les 52km. Je me dirige chez Claude, dans une ruelle du centre, qui m’héberge pour la nuit (merci AirBnB). Après une rapide installation, je repars a pieds, me balader dans la ville. Je découvre la magnifique Cathédrale Ste Croix, qui rayonne sous le soleil. Attardez vous a ses vitraux, ils racontent l’histoire de Jeanne la Pucelle, sous titré en vieux français. Le 8 Mai, ce sera la fête populaire la plus célèbre de la ville, un événement annuel immanquable qui fait parti de la tradition locale : les fêtes de Jeanne D’Arc. On y célèbre en grande pompe la libération d’Orleans, pendant plusieurs jours. Des scènes, des sonos, des drapeaux et des armoiries sont installés partout, je regrette de manquer ça a 1 jour près. Je visite le très bel hôtel Groslot, puis marche dans les rues du centre historique. Je dine posée en terrasse non loin de la place du Châtelet. Demain, une nouvelle étape importante m’attend !

20140504-205155.jpg

Loire à Velo : Jour 2

Ce matin, je découvre avec joie que la météo est plus agréable que la veille : un plein soleil. Rien de mieux pour parcourir les routes de campagne, lunettes de soleil sur le nez, et en tshirt. Vers midi je suis a Briare, une petite commune qui doit beaucoup a ses canaux. La balade le long de l’eau calme, sous les arbres, est agréable. Le petit port de plaisance et les terrasses au soleil raviront certains. Le village attire surtout pour son pont, très bel édifice de la fin du 19ème, qui passe au dessus de la Loire.

Je parcours quelques km sur la départementale, parfois sonnée par la vitesse des voitures. Il faut a un moment tourner la tête a gauche pour apercevoir légèrement en hauteur, le château de Brisson sur Loire. J’arrive ensuite a Gien, avec son château qui domine le village et le fleuve, de l’autre côté du pont. Je rejoins le parcours de la Loire a velo et entame des routes de campagnes oú je me retrouve seule au monde. Le calme et la nature sont la seule chose qui m’entoure. Le soleil qui tape me fait parfois voir des mirages.

Je n’ai pas pris le temps de déjeuner, et ma bouteille d’eau est presque vide. Je m’arrête quelques fois sur le côté du sentier, manger un carré de chocolat, avant de repartir. Parfois en pleine forêt, parfois au milieu des champs, la route joue a cache cache avec la Loire, que je longe de temps a autre. Enfin de journée, j’arrive finalement a Sully sur Loire, oú je rejoins mon hôtel. Pas de temps de repis, je repars (a pieds cette fois) en direction du fameux château. Je me balade près d’1h30 autour de son parc, du canal, et des ruelles du village. Le soir, une fois de plus, je dine « spécialités locales » : andouillette de Jargeau a la moutarde d’Orleans, accompagné d’un verre de Reuilly. Le tout face au château et ses douves.

20140503-215725.jpg

Loire à velo : Jour 1

Je suis partie ce matin d’Angers, avec un train direction Nevers à 7h04. Celui ci était censé arriver pour 10h24. Mais que serait un Road trip sans aléas du direct ? C’est un peu après Bourges, vers 10h, que le train s’est arrêté en pleine nature (really) a cause d’une panne électrique. Les regards fusent entre les passagers, les minutes passent, une jeune fille dont c’est l’anniversaire craque et fond en larme, certains s’échangent des anecdotes de voyage, d’autres partagent leur nourriture, moi je me risque a l’extérieur me tâtant pour finir la route a velo (je suis stoppée par un gendarme, CQFD). BREF, nous passons ainsi 3 longues heures d’attentes avant de finalement redémarrer, tracté par une locomotive hydraulique (no coment). Arrivée à Nevers : 13h40…

J’enfourche mon velo, le temps est compté. Sur un banc face au Palais Ducal, j’ingurgite sandwich et RedBull, puis je fais un petit tour dans les ruelles pavées et a la Cathédrale. Puis go, il me faut rejoindre Cuffy, a 15km, départ « officiel » de la Loire à Velo. La route n’est pas indiqué, aussi fiez vous a votre orientation (perso, je voyage sans carte) en sachant qu’il faut traverser une écluse (embranchement de Nevers), accessible par la route de sermoise, puis longer le Canal. Des balises indiquent sur la route votre degré de rapprochement avec le Bec de l’Allier (Nevers = zone 10, et ça va en décroissant jusqu’à l’arrivée, la zone 1). La route qui longe le canal est très agréable, en pleine nature, et dédiée aux vélos. Rien ne viens perturber le calme sinon le bruit des oiseaux.

Lorsque l’on passe sur le pont du Canal, nous sommes au dessus de l’Allier. Il faut s’attarder regarder le paysage qui entoure fleuve… Continuer sur la route du Bec de l’Allier, jusqu’à arriver a la zone de départ de la Loire a Velo : le kilomètre 0, au parfait croisement entre l’Allier et la Loire. Un endroit unique de calme et de verdure. A partir de là, il suffit de suivre les chemins balisés par le signe « Loire a Velo », tout en trouvant a chaque km, un disque doré au sol. La route est idéale, d’une paisibilité sans nom. Je passe plusieurs km avant sans croiser une seule habitation ou un seul être humain. Rien. A part ce héron qui s’est envolé a quelques mètres de moi quand je suis passé près de lui. C’est relativement intimident, personne ne sait que je suis la, il n’y a rien autour de moi. Je ne peux m’empêcher de crier victoire lorsque je retrouve une route avec des voitures…

Bref, une journée qui lance mon parcours. Je dors ce soir dans le pays Sancerrois, après avoir dégusté des produits locaux : escargots (Bourgogne oblige), et Crotin de Chavignol (produit a quelques km), avec un verre de Sancerre bien sur. De quoi dormir paisiblement.

loire à vélo

Road trip « La Loire à vélo » : le materiel

Partir plusieurs jours en « cyclo-randonnée » nécessite en plus d’une certaine organisation, un matériel adéquat. Bien sur, la base etant le choix du vélo, ainsi que les accessoires qui vont venir s’y greffer. Pour ma part, je pars avec mon VTT de jeunesse, qui a fait du chemin mais qui a une bonne tenue de route. Une révision est nécessaire tout de même, notamment pour vérifier les freins et les plateaux.

Ensuite, il faut équiper le vélo, et penser que tout ce que l’on aura a transporter devra être « rangé » dessus. Au niveau sécurité, vérifier l’équipement lumiere, avant et arrière. Pour ma part j’ai acheté un nouveau « spot », à fixation souple et éclairant à 20m, pour le guidon (http://www.decathlon.fr/eclairage-velo-300-id_8214892.html). Si vous n’en avez pas, équipez votre vélo d’un support à gourde et d’une béquille. Et bien sur, on oublie pas le « package d’urgence », avec rustines, pompe et autre outils du genre.

Il faut maintenant rajouter des rangements. J’ai choisi d’acheter un panier en métal de 12L a clipper à l’avant (http://www.decathlon.fr/panier-avant-metal-clip-id_8031536.html). J’y mettrai un sac à dos avec mon matériel photo / video, mes papiers, mes cartes et tout ce qui nécessite d’être accessible pendant la route. Pour les vêtements et trousse de toilette, j’ai installé un porte bagage à l’arrière (http://www.decathlon.fr/porte-bagages-velo-btwin-classic-id_8242271.html), en privilégiant la légèreté (1,33kg). C’est dessus que j’installe 2 sacoches de 15L, (http://www.decathlon.fr/sacoche-15l-classic-x2-id_8248118.html), idéales pour la randonnée.

Au niveau « technique », je pars avec une GoPro Hero 2 et ses accessoires de fixations (dont une perche X-Sories Ushot télescopique pour filmer à bout de bras), plus mon Nikon D5200 et ses 2 objectifs (18-55mm et 70-200mm). Comme lors de mon voyage en Europe, je serai avec mon iPad mon synchroniser tout ça. Enfin, pour être accompagnée au mieux sur la route et avoir des statistiques diverses, j’aurai mon iphone « vissée » sur le bras (http://www.decathlon.fr/support-smartphone-300-noir-id_8309134.html) avec l’application « Runtastic road bike », dont je vous dirai des nouvelles.

Budget total matériel : 83€