Lisbonne

Lisbonne : mes bonnes adresses

C’est LA destination pour s’échapper le temps d’un WE, à des prix abordables (vol à partir de 65€ A/R depuis Nantes) et profiter encore du soleil, même fin Octobre. Comme une impression de vacances lorsque l’on flâne dans les rues pavées dans la capitale portugaise aux 7 collines. Après un peu de tourisme (lire l’article : Lisboa la Grande), rien de tel que de découvrir des lieux et endroits où se détendre…

OÙ MANGER

  • Restaurant Espumantaria do Petisco – Calçada do Marquês de Tancos, 1100-001 (Castelo)

Ici, le but c’est de partager des petits plats (« petiscar »), en tirasse sur cette placette pavée de la colline du château ou entouré de bouteilles à l’intérieur. On y picore des portions de salade de poule, de traditionnelle morue ou encore des soupes, ou bien on peut choisir des plats plus consistants. C’est branché, bon et convivial.

  • Mercado da Ribeira – 481, Av. 24 de Julho, 1200 Lisbon (ouvert du dimanche au mercredi de 10 à minuit, et du jeudi au samedi du 10h à 2h).

Ce lieu d’effervescence est devenu « the place to be » pour la bonne gastronomie et l’épicerie fine. Dans les halles du marché historique situées en face de la gare de Cais do Sodré, une 2nd vie a été donné à cet espace qui accueille une vingtaine de kiosques pour manger sur le pouce. On y trouve de tout : des burgers, du poisson, des sushis, des fromages, de la charcuterie… dans une ambiance de self géant où tout le monde mange ensemble à de grande tables. Produits de qualité sont au RDV donc plus cher que de la simple street food !

dsc_1091

  • Restaurant Ponto Final – R. do Ginjal 72, 2800 Almada

Pour trouver cette perle (qui n’est plus rare car le BAO va vite), il faut prendre le Ferry à Cais do Sodré vers Cacilhas (1,5€ le ticket) et traverser le Tage (15 minutes). Arrivés à Almada et dès la sortie du bateau, prendre à droite et longer les quais, abandonnés. Jusqu’au bout. Et là, une petite lueur apparait à la fin du quai, vous y êtes, la terrasse du Ponto Final qui plonge dans l’eau. De nuit, la vue sur Lisbonne et le bon est incroyable. Si vous ne réservez pas, attendez vous à faire la queue, même un dimanche soir. Puis vous pourrez déguster de bons plats de poissons emmitouflés dans un plaid (ou « manta » comme ils disent). Attention, fermé le mardi.

dsc_1127

OÙ BOIRE

  • Café A Brasileira – R. Garrett 120, 1200 Lisboa

C’est un peu notre café de Flore. Un lieu chargé d’histoire, situé dans le quartier du Chiado, autrefois fréquenté par les artistes et les intellectuels. Son style Art Nouveau attire aujourd’hui les touristes qui s’arrêtent prendre une collation. Sur la terrasse, on trouve une statue du poète Pessoa, qui fut un habitué.

dsc_1088

  • Librairie Ler Devagar – Rua Rodrigues Faria, 103, 1300-501 Lisboa (LX Factory)

LX Factory est un ensemble d’usines désaffectées situées dans le quartier de l’Alcantara, au pied de l’immense Pont du 25 avril, devenu un ensemble mêlant cafés, boutiques, art, gastronomie… Les branchés s’y donnent rendez vous et y ont même installé leurs bureaux. Au milieu, la librairie Les Devagar, la plus belle de Lisbonne, fait aussi dans l’originalité. Un hangar avec des milliers de livres qui se superposent, où l’on peut manger, boire ou assister à des événements. Le tout entoure des machines d’imprimeries conservées en l’état, où la déco s’est aménagée autour.

dsc_1098

  • By the Wine – 1200 014, Rua das Flores 41

Une cave design, où l’on s’attable au bar pour déguster de bons vins en mangeant une planche de fromage ou de charcuterie. Au dessous de vous, un plafond de bouteilles, un dôme de verre. Ici, on se pose entre copains, pour diner ou pour l’apéro, avec de produits de qualités.

  • Le Park Bar – Parking de Bairro Alto

L’un des meilleurs rooftop de la capitale et aussi l’un des plus mystérieux. Pour trouver le park bar, il faut se rendre au parking de Bairro Alto puis prendre l’escalier de service, comme vous veniez chercher votre voiture. Montez jusqu’au dernier niveau (il n’y a pas d’indications). Et là, vous trouvez l’entrée de ce bar à cocktails (à partir de 6€), ambiance cool et DJ le soir venu. La terrasse végétalisme offre de jour un superbe jardin suspendu. Clientèle jeune, musique lounge, transat en bois pour profiter de la vue… On est bien au park bar !

OÙ DORMIR

  • Hotel The Keep – Costa do Castelo 74, 1100 Lisboa

Pour la vue et le rapport qualité prix. Oui, les chambres ont un confort très modique, une déco vétuste, et ne sont pas lumineuses. Voir sans wifi (que l’on capte au rdc par contre). Mais ce petit hôtel est niché sur la colline du château, dans les rues pavées pittoresques de la vieille ville, et a une terrasse offrant une vue panoramique sur le reste de Lisbonne. Alors pour 35€ / nuit (à 2), petit dej’ inclus, on chipote pas.

  • People Hostel – R. dos Jerónimos 16, 1400-211 Lisboa

Cette auberge de jeunesse est située à l’autre bout de Lisbonne, dans le quartier de Belem, où vous serez obligé de vous rendre de part ses monuments et attractions touristiques. Une auberge conviviale, familiale, avec le minimum de confort nécessaire. J’y ai apprécié la cour intérieur et la salle de bain moderne. Un vieux tram vous emmène direct dans le centre en longeant le Tage. A partir de 15€ / nuit pour un lit en dortoir.

L’homme et la mer. #Lisbonne #Lisboa #Portugal #Voyage #Tourisme #RoadTrip #TravelBlogger #Bridge #Boat #Sea

Une photo publiée par Constance 🌍 Travel Blogger (@laplanneuse) le

Cover Article Blog Londres

3 jours à Dublin

Cela faisait 10 ans que je n’avais pas été en Irlande. La dernière fois, j’étais basée à Limerick, sur la côte Ouest, et j’avais vu les falaises de Moher et pris la route de l’anneau du Kerry. Mais après avoir visité plus de 30 capitales en Europe, il me manquait Dublin à mon palmarès. Et c’est chose faite ! Capitale d’à peine 600 000 habitants (pour la ville même), tout s’y fait à pieds et en 2-3 jours vous aurez fait le tour. La vie nocturne y est très dynamique, notamment par ses nombreux Pubs et le quartier privilégié des sorties, Temple Bar. C’est une des villes les plus jeune d’Europe avec 50% de la population âgée de moins de 25 ans.

IMG_5421

Dublin c’est aussi une ville entre histoire et modernité. Pour en savoir plus sur l’Irlande, il faut remonter O’Conells street, reconnaissable avec son aiguille de 120m, jusqu’au garden of remembrante. Vous y trouverez le Dublin Writers Muséum et le Musée d’Art Moderne de Dublin. Histoire toujours, vous pouvez aussi visiter Kilmainham jail, une prison transformée en musée dédié au nationalisme irlandais.

Un des immanquables de Dublinn c’est la visite de Trinity College, où l’on peut se perdre entre les bâtiments de l’université d’Oscar Wilde. On peut surtout accéder à la bibliothèque  et voir le Livre de Kells, un manuscrit datant de l’an 800, ce qui en fait l’un des plus vieux du monde. Mon bon plan ? Déjeuner au réfectoire avec les étudiants ! Pour 5-6e, mangez au self de l’université, situé dans une magnifique salle avec de longues tables en bois. Original 😉

IMG_5425

Dublin, c’est aussi St Patrick, et au delà de la fête, sa Cathédrale. A défaut de la visiter, il est possible de se poser dans dans le parc attenant pour profiter de son architecture depuis la pelouse. Ce style de bâtisse se retrouve un peu plus loin avec la Cathédrale Christ Church. En parlant d’église, pour boire et manger dans un lieu « vouté », rdv au fameux Church Bar & Restaurant sur Henry Street. Vue l’originalité du lieu, il est toujours bondé…

IMG_5461

IMG_5463

IMG_5442

Dublin est une ville qui bouge et vit à toute heure. De grandes artères piétonnes sont prises d’assaut pour le shopping comme Gratton Street et Moore Street. Vous pouvez aussi vous balader dans la galerie commerciale St Stephen’s center, abrité sous une verrière stylisée. Pour déguster un peu de street food, rdv au bar food market sur meeting house square. Vous y trouverez quelques stands pour manger debout sur place et pour quelques euros. Pour finir, que serait Dublin sans la Guinness ? Si la bière vous passionne, faites un tour au Guinness Storehouse pour tout savoir de ce fleuron irlandais.

IMG_5432

IMG_5454

S’il vous reste du temps après la découverte de la capitale, un conseil : prenez un DART (équivalent du RER) pour Howth depuis Tara St. Station (6e l’A/R), une presqu’il à une dizaine de km de Dublin. C’est un petit village de pêcheur idéal pour une longue promenade à flan de falaise et profiter de la mer. J’ai choisi d’en faire le tour, via une randonnée de près de 4h, qui en met plein la vue. Vent fort, chemins parfois escarpés, rochers, pleine nature, phoques, boue jusqu’aux genoux… Un lieu magnifique et accessible idéal pour une dernière journée en Irlande.

IMG_5484

IMG_5508

IMG_5504

BUDGET (3 jrs/3 nuits) :

  • Transports > 113e (avion A/R, navette, train)
  • Logement > 32e
  • Alimentation > 30e

TOTAL = 175e

North Berwick

Escale à North Berwick

Après 3 jours de road trip dans les Highlands, je cherchais un coin tranquille pour mon dernier jour en Ecosse. Quelques tweets plus tard et sur conseil de la blogueuse Sophie de oohmyworld, je prends la direction de North Berwick. C’est une petite ville de bord de mer accessible en 40 min en train depuis Edimbourg (12L A/R). C’est devenu, vue son cadre, une station balnéaire prisée. Ma chance, c’est d’y aller en hiver et donc d’en profiter pleinement au calme, sans touristes, et ô miracle, sous un magnifique soleil.

IMG_5346

North Berwick est une ville pleine de charme, agréable, avec de faux airs de côte Normande avec ses grandes plages de sable fin. Marcher sur ces places, puis les rochers, longer le golf à la vue imprenable sur la mer et ses îles, respirer à plein poumons le grand air… Le cadre idéal pour ma dernière journée en Ecosse.

DSC_0364

IMG_5341

La balade se poursuit dans la rue principale, qui compte de charmantes boutiques de déco façon brocante. Continuer jusqu’au port et le chemin sur la digue offre une vue directe sur Bass Rock, l’île aux oiseaux. North Berwick est connue pour le Scottish Seabird Centre, qui observe entre autres les oiseaux marins de ce rocher. Il est possible de faire un tour en bateau afin d’en apprendre plus et d’aller les observer de prêt. Attention, cette activité n’est proposée qu’à partir du Printemps.

DSC_0367

IMG_5332

C’est sur un banc face à la mer que l’on profite pleinement de cette ambiance pour le déjeuner. Sophie recommande la cabane Lobster Shack, qui propose du homard grillé à emporter, mais celle ci n’ouvre qu’à partir d’Avril. Puis, rien de tel qu’une petite randonnée pour digérer en allant grimper The Law, une colline volcanique qui s’élève au dessus de la ville (187m). Un chemin plus ou moins dangereux (boue glissante, vent fort) vous emmène en haut en une petite demi heure. De là, la vue est magnifique sur toute la baie. On y trouve aussi les restes d’une station de signal de l’ère napoléonienne.

IMG_5358

IMG_5384

Pour finir la journée, prenez un bus (3L A/R depuis l’église) pour Tantallon Castle. La forteresse se dresse sur un promontoire face à Bass Rock, au bord des falaises donnant sur la mer. Attention, en hiver, l’accès au château ferme à 16h. Arrivée trop tard, c’est donc en coupant à travers champs, sur fond de coucher de soleil, que je m’en suis approchée.

A North Berwick vous pouvez aussi :

  • Vous balader sur le sentier « The Glen », qui longe 3 ruisseaux qui datent du Moyen Age.
  • Vous offrir un parcours de golf avec vue sur mer au Glen Golf Club.
  • Faire une balade en kayak sur la mer le long de la côte.

Plus d’infos : http://north-berwick.co.uk 

Cover Article Blog Highlands

Road trip dans les Highlands

L’Ecosse m’attirait depuis longtemps. Comme une sorte de mini Nouvelle Zélande mais à 2h de Paris. Et je n’ai pas été déçu. Je commencerai par vous dire que rien ne se passe comme prévu en voyage. Moi, la super maniaque organisée, j’avais calé 5 jours d’itinéraires : la voiture était payée, mes étapes au jour le jour étaient écrites.

En arrivant à l’aéroport d’Édimbourg, je me rends chez Green Motion où j’avais loué une voiture. La paperasse finie, c’est le moment de payer la caution, par carte bancaire. Et là, c’est le drame : la société n’accepte pas les cartes « débit » mais que les cartes « crédit ». Les français à côté de moi ont le même problème. J’appelle le numéro d’urgence de ma banque, qui me renvoie vers mon agence. Problème, c’est dimanche. Bref, après plus d’une heure sur place, je repars bredouille, sans voiture. Le gérant de Green Motion m’affirme que je serai remboursée. A l’heure où vous lisez ces lignes, un mois et une dizaine de mails plus tard, sans succès. Le prestataire, Car Trawler refuse. Je vous invite donc à ne JAMAIS passer par ces sociétés de location.

Dépitée, je tente d’aller voir d’autres loueurs : je suis refroidie par les tarifs, pour ceux qui ont encore une voiture de disponible dans l’immédiat (de 300 à 400e pour 5 jours…). Après quelques minutes de réflexion sur mon retour immédiat en France, je prends sur moi cette déconvenue. Après tout, les voyages c’est aussi de l’imprévisible. Le problème retourné dans tous les sens, je repars de l’aéroport avec une excursion organisée de 3 jours en poche. Mieux que rien. C’est avec le sourire retrouvé que j’arrive à Édimbourg sous le soleil. Après avoir trouvé une auberge dans le centre et posé mes affaires, j’ai commencé à profiter de l’Ecosse.

Edimbourg

Edimbourg

Édimbourg est une ville agréable, animée, assez jeune. Elle est séparée entre son centre historique, avec le château qui domine sa colline, ses bâtiments anciens et ses ruelles typiques. Avec la « nouvelle ville », idéale pour le shopping et effervescente. On peut profiter d’une vue magnifique sur la ville jusqu’à la mer depuis Regent Garden. La nature est aux portes d’Edimbourg…

Puis c’est le départ pour les Highlands, en minibus pendant 3 jours, conduit et guidé par Pete. Nous traversons le Loch Lemond National Park, la porte entrée de cette région. Que de paysages magnifiques… Au milieu de la nature, que seule la route traverse, il y a peu de traces de l’homme et c’est tant mieux. Montagnes, lacs qui s’enchainent, châteaux… Un condensé de l’Ecosse. Nous stoppons à Glen Coe, où fut tourné des scènes de Skyfall, et à Fort William, d’où l’on aperçoit Ben Navis, la plus haute montagne d’Ecosse. Notre route est rythmée par les histoires de clans qui se font la guerre et de familles royales. De loch en loch, nous continuons notre route. Ils ont tous leur nom, leur anecdote, leur propre environnement. En Ecosse, la météo change du tout au tout en quelques minutes. Les paysages, c’est pareil…

Glen Coe

Fort Williams

glen coe

Etape immanquable : l’île de Skye. C’est sous une magistrale tempête, qui dura toute la journée, que je la découvre. C’est pourtant une étape magnifique. Entre falaises, collines, dégustation de whisky à la seule distillerie de l’île (Talisker) puis d’huitres ultra fraiches, entre vents violents et gadoue, et bières dans un Pub prêt du feu… Il n’y a pas 2 façons similaires de découvrir Skye. Bien sur, je regrette de ne pas avoir pu voir ces paysages autrement que sous la pluie et la grisaille et de ne pas avoir pris des chemins de randonnée… Une prochaine fois.

skye

skye

DSC_0263

skye

L’un des châteaux les plus emblématiques des Highlands est sans aucun doute Eilean Donan Castle, situé à quelques km après le pont qui relie l’île de Skye à la terre. Il est une carte postale à lui tout seul. Batisse en pierre semble, sur l’eau, entourée de montagnes et de forets… Il a quelque chose de mystérieux.

donan castle

Puis vient l’incontournable Loch Ness. C’est le plus long la d’Ecosse (36km) et à lui tout seul, il contient plus d’eau que ce qu’il y a en Angleterre et au Pays de Galles réunis. Ce qui permet d’y faire des virées en bateau, du kayak ou des balades à cheval le long de l’eau. J’ai pour ma part profité de la vue paisible depuis Fort Augustus, situé à sa pointe Sud.

loch ness

Pour boucler la boucle de ce périple, nous avons traversé le Cairngorms National Park, sous la neige, au milieu des forets. Idéal pour se balader le long des cours d’eau qui les traversent. Un moment à profiter pleinement de la nature avant de revenir à Edimbourg. Le bilan, c’est que découvrir l’Ecosse, c’est profiter de la route (et des moutons qui l’ont aperçoit partout). Passer son temps les yeux rivés sur la fenêtre à regarder défiler les paysages qui laissent songeur. Tout l’intérêt réside dans les terres et l’envie de s’arrêter toutes les 5min pour s’y plonger…

FullSizeRender-30

BUDGET (4 jrs/3 nuits) :

Transports > 61e (avion A/R+navette)

Alimentation > 41e

Tourisme > 155e (excursion)

Logement > 60e

TOTAL = 317e

WE pas cher Londres

Comment passer un WE pas cher à Londres

Qui a dit que Londres était une ville pour gros budgets uniquement ? Bon OK, entre la 1ere fois où j’y suis allée (en 2007) et cette fois ci, les prix ont légèrement flambé. OK sur place et pour les londoniens, le cout de la vie est relativement élevé (on envierai presque les parisiens). Mais rien que pour vous, j’ai testé et déniché le meilleur du Londres quasi gratuit. De quoi profiter des joies de la capitale anglaise sans *trop* toucher au porte monnaie.

Parlons de suite transports, le plus gros poste de dépense : de Paris, l’Eurostar est d’environ 50e le trajet (acheté un mois à l’avance) et vous arrivez en plein Londres, à la gare St Pancras. Imbattable par rapport à l’avion (quand on voit que le prix de la navette partant de Londres pour l’aéroport m’a couté quasi le prix du billet d’avion pour Edimbourg…). Les transports locaux, c’est une autre affaire ! Honnêtement, je n’y ai rien compris, à chaque fois j’ai payé un prix différent. Attention, lorsque vous changez de bus lors d’un trajet, il faut repayer ! Certains conseillent la Oyster Card, moi j’ai choisi de marcher 15 bornes dans la journée. J’ai acheté une carte de la ville à 1L (office de tourisme en face de St Paul) et j’ai presque tout fait à pieds pendant 3 jours.

DSC_0010

Pour le logement, c’est simple, c’était sur le matelas gonflable d’un ami, donc cout 0ct ! Pour minimiser ce poste de dépense, privilégiez le couchsurfing, le troc de nuit, le reseautage entre amis… L’été, les chambres étudiantes des internats sont louées à bas prix.

Au niveau alimentation, Londres est cosmopolite. Il y en a pour tous les gouts. Et la ville a beaucoup évolué ces dernières années : partout fleurissent des restau rapides de nourriture « vegan » ou « sans gluten ». Même dans les supermarchés, barquettes de graines et légumes crus sous vides prêt à manger ont remplacé les salades composées classiques. Et puis le sandwich au céleri c’est pas si mal… Au delà du traditionnel Fish & Chips, tentez de vous adapter à la vie londonienne. Mes 2 bons plans : la barquette à emporter à Chinatown (pour 4L, repartez avec une barquette pleine de tout ce que vous pourrez y mettre) et Borough Market, l’un des plus beau marché alimentaire de la ville. C’est bobo, c’est bio, c’est varié, c’est convivial. Après avoir profité des dégustations (fromage, vin, miel, saucisson…), choisissez une barquette à emporter (paella, fruits de mer, cuisines de tous les continents…) et mangez debout au milieu de la foule. Enfin, ne manquez pas de manger dans les chaines de restauration ultra connue que l’on trouve à tous les coins de rue comme « Prêt à manger » ou tout simplement « EAT ».

DSC_0096

DSC_0104

Vous vous déplacez, vous avez un logement, vous mangez… et les visites dans tout ça ? J’y viens. Le plus grand avantage de Londres : tous les musées nationaux sont gratuits ! A vous le British Museum, le Victoria & Albert Museum ou le Museum d’Histoire Naturelle. Il y en a plusieurs centaines donc pour tous les gouts… Pour ma part, j’ai profité des nocturnes du National Gallery (jusqu’à 21h le vendredi) et du Tate Modern (jusqu’à 22h le samedi).

Mettez la main sur un numéro de l’hebdo gratuit Time Out (dans le métro) qui les expos, les événements et concerts du moment. La rubrique FREE étant celle qui nous intéresse :) J’ai ainsi pu faire une expo dédiée au violoniste Yehudi Menuhin à la Royal Academy of Music. Mieux, ce Conservatoire supérieur propose des concerts de ses étudiants (quasi pro) ouverts à tous, surveillez l’actualité de leur site internet !

Immanquable, la relève de la garde devant Buckingham Palace. Elle a lieu tous les jours à 11h30, d’avril à juillet et un jour sur 2 le reste de l’année. Pendant plus d’une demi heure, tambours et trompettes accompagnent les militaires qui prennent la relève dans la cour du palais. Tout aussi célèbre, la visite de Westminster Abbaye. Le hic ? L’entrée coute 16L (ARGH), comme à St Paul. Le seul moment pour la visiter gratuitement ? Pendant le service religieux du dimanche après midi. A la condition de ranger l’appareil photo et de passer pour un local car les touristes sont interdits !

DSC_0034

DSC_0049

Et pour fini, un peu de Londres insolite : rdv sur Trafalgar Square. « Quoi, mais tu te moque de nous, l’une des places les plus connues de Londres ! » Et pourtant… Allez à l’angle sud est, au pied de la statue de Sir Henry Havelock. Là se trouve un petit cagibis dont personne ne prête attention : c’est le plus petit commissariat (ou prison) d’Angleterre ! Il y a à peine la place pour 2… On y voit seulement un telephone relié à Scotland Yard. Enfin, quoi de plus cool que d’assister à une émission de télé dans les studios de la BBC ? Un petit tour sur le site internet dédié >> http://www.bbc.co.uk/showsandtours/shows/<<, choisissez votre émission et il n’y a plus qu’à attendre la confirmation. Généralement, la collation est offerte 😉

Alors, un week end à Londres, ça vous tente ?

BUDGET (3 jrs/3 nuits) :

Transports > 138e (train, eurostar, metro, bus, navette, avion)

Alimentation > 45e

Tourisme > 1,5e

Logement > 0e

TOTAL = 184,5e